République Démocratique du Congo



Cacher les InformationsPrésentation de la Province


Introduction
Cette sous-partie a pour vocation de présenter la province Province-Orientale et tout particulièrement ses potentialités énergétiques. Ainsi, pour présenter la province de la façon la plus cohérente, il conviendra de présenter les différents aspects (démographiques, économiques et énergétiques) constituant le profil de la province. Dans un second temps, la carte de la province illustre le profil présenté. Enfin, les cartes et fiches projets territoriales complèteront l’analyse des sites et potentialités énergétiques de la province.
Profil de la province

1. Localisation, Superficie, Densité
Située au Nord-est de la République Démocratique du Congo, la province orientale s’étend sur une superficie de 503.239km2 qui en fait la plus vaste province de la RDC en superficie (suivi respectivement du Katanga et de l’Equateur). Sa population est estimée à 8.992.685 habitants en 2011, soit une densité démographique de la Province de 17.9 hab/Km2. La Province Orientale est presque entièrement située dans le bassin du fleuve Congo, à part certaines parties des territoires d’Aru, Mahagi, Djugu et Irumu, à l’Est qui font partie du Bassin du Nil. Outre le fleuve Congo, on trouve aussi les grandes rivières et les lacs tels que : Tshopo, Lindi, Arwimi, Itimbiri, Lomami, Uélé, Ituri, Mbomu, Bomokandi, Bima, Nepoko, Pungu, Bili, Rubi, lac Albert.

2. Situation économiques

Les principales composantes de l’économie de la Province Orientale sont l’agriculture, l’élevage et la pêche, les Mines, le Commerce, l’industrie, l’énergie, le tourisme :
- Concernant l’agriculture, la Province Orientale est favorable à la production d’une large gamme des cultures vivrières et pérennes ou culture de rente sur toute l’étendue de son territoire.
- Concernant l’élevage, le gros bétail, environ 95% est concentré en Ituri qui se remet petit à petit après les affres de la guerre. L’élevage se pratique aussi à moindre échelle dans les districts de la Tshopo, du Bas-Uélé, Haut-Uélé et de la Ville de Kisangani.
- Concernant la pêche, elle est pratiquée de façon artisanale le long du fleuve Congo et ses affluents ainsi que plusieurs autres cours d’eau.
- Concernant les Mines, l’Or, le diamant, la cassitérite et le colombo tantalite (Coltan) sont exploités de manière artisanale et industrielle. Divers autres minerais sont à signaler (les schistes bitumineux, le calcaire, le pétrole en abondance dans le lac Albert et la rivière Simliki en Ituri, un gisement de fer dans le Territoire de Banalia, le mercure à Bili dans le Territoire de Bondo. La production industrielle est dominée par la SOKIMO.
- Concernant l’Industrie, la province Orientale est comptée parmi les plus industrialisées du pays après le Katanga et Kinshasa. Elle regorgeait plusieurs unités industrielles de transformation et alimentaires. A ce jour, les quelques unités industrielles qui subsistent sont : SOTEXKI (Textile), BRALIMA(Brasseries) et des industries de transformation du bois, les industries des produits oléagineux, l’industrie de traitement du Coton (CODENOR) et de Cacao (CABEN).

3. Situation énergétique

La Province Orientale est abondamment arrosée et regorge des cours d’eau nantis d’innombrables chutes et rapides. La plupart de ces cours d’eau coulent systématiquement d’Est à l’Ouest, du point de vue nombre des sites hydroélectriques exploités, cette province vient après celle de l’ex- Kivu, le potentiel global des sites identifiées présentement est estimée à 7200MW. Ce potentiel peut aider à favoriser l’aménagement de tout type de centrales hydroélectrique allant de la grande hydro à la micro et pico hydroélectricité. Le taux d’électrification y est très bas (3.6%) alimenté par les centrales hydroélectrique de Tshopo (SNEL) pour la ville de Kisangani : 18.5 MW de puissance installée, centrale et réseau réhabilitée ; Budana, Soleniama et Nzoro : de respectivement 13, 1.3 et 1.3 MW de puissance installée, Centrales privées appartenant à la SOKIMO; Drodro, Pimbo et Réthy: de 345 kVA pour les trois ouvrages appartenant au Diocèse de Bunia). Çà et là sont parsemés sur l’ensemble de la province des centrales thermiques soit tenus par la SNEL, soit par des d’autres entreprises publiques (cas de Yangambi 1969 kVA appartenant à l’INERA ou Centrale d’ISIRO de 2.220 kVA appartenant à l’Office des Chemins de Fer des Uélé (CFU), soit alors les sociétés privées. Partout, le réseau de distribution de l’énergie électrique est caractérisé par une vétusté du réseau électrique, un manque de pièces de rechange et une mauvaise qualité de services fournis à la clientèle. Les besoins énergétiques (2012) : 237.257 MW (tous les territoires de la province Orientale) contre une production de l’ordre de 18.9MW(2012)


4. Dynamique locale


- Existence de plusieurs associations de métiers et artisans dont les capacités nécessitent un renforcement pour une appropriation technologique en micro infrastructure énergétique ;
- Existence d’une dynamique d’exploitants miniers artisanaux prêt à se consacrer pleinement à l’aménagement des micros ou mini barrages hydroélectriques dans le but de pourvoir en énergie leurs exploitations artisanales ;
- Existence de plusieurs associations ayant pour but la promotion des foyers améliorés pour la lutte contre la déforestation ;
- Existence d’un noyau très dynamique d’opérateurs économiques pouvant être les précurseurs en province d’une relance énergétique par micros centrales hydroélectriques.

5. Actions spécifiques à recommander

Sur la base de ce qui précède, les premières actions spécifiques (liste non exhaustive) à recommander sont :
- Elaborer des études de faisabilité pour les aménagements hydroélectriques suggérés dans le présent ATLAS (notamment de Tshopo 2 pour la Ville de Kisangani(18 à 24 MW), de Bogula dans le District du bas-Uélé (1.2 MW) ou sur le site de lepundungu (1 MW) , pour le District du Haut-Uélé en vue de l’électrification de Mongo Masi et de Wamba par le site de la rivière Nepoko, pour le District de l’Ituri sur la rivière Ituri pour l’électrification des cités de Aru, Mahagi, Turungu (Rivière Kibali), Djugu, Irumu, Mambassa ; et suivi de la construction des infrastructures énergétiques y afférentes;
- Mobiliser toutes les potentiels consommateurs d’énergie en vue de les impliquer dans les projets cités ci-haut ;
- Promouvoir l’énergie solaire comme alternatives probables à l’électrification d’origine hydroélectrique là où le potentiel hydroélectrique est faible ou non utilisable ; Améliorer les capacités des artisans fabricants des équipements énergétiques (Turbine, alternateur, etc.)

Cacher les Informations


Mode d'emploi :

- Pour accéder aux fiches projets cliquez sur le nom du territoire

- Pour accéder aux cartes en grands formats, cliquez sur celles-ci



Aketi



Ango



Aru



Bafwasende



Bambesa



Banalia



Basoko



Bondo



Buta



Djugu



Dungu



Faradje



Irumu



Isangi



Kisangani



Mahagi



Mambasa



Niangara



Opala



Poko



Rungu



Ubundu



Wamba



Watsa



Yahuma