République Démocratique du Congo



Cacher les InformationsPrésentation de la Province

Introduction
Cette sous-partie a pour vocation de présenter la province du Bas-Congo et tout particulièrement ses potentialités énergétiques. Ainsi, pour présenter la province de la façon la plus cohérente, il conviendra de présenter les différents aspects (démographiques, économiques et énergétiques) constituant le profil de la province. Dans un second temps, la carte de la province illustre le profil présenté. Enfin, les cartes et fiches projets territoriales complèteront l’analyse des sites et potentialités énergétiques de la province.

Profil de la province
1. Localisation – superficie – population et densité
Située, à l’Ouest de la République démocratique du Congo, la province du Bas-Congo s’étend sur 53.920 km², soit 2,3% de la superficie totale du pays. Elle est la moins peuplée avec 4.716.793 habitants en une 2012, soit une densité de 87,5 hab/km² (parmi les plus élevées du pays).

2. Principale activités économiques
La province du Bas-Congo constitue l’unique porte d’entrée directe en RDC par la voie maritime (via Banana). En plus de vouloir contourner les rapides sur lesquels est érigé l’imposant ouvrage d’INGA, le réseau de transport (route et chemin de fer) du Bas-Congo est conçu pour desservir les ports de Matadi et Boma (construit sur le bief maritime de la RDC). Un oléoduc (pipeline) est installé entre Ango-Ango et Kinshasa. Le Bas-Congo est la province qui posséde le réseau de transport multimodal (chaine complète) le plus interconnecté et le plus pratiquable de la RDC. L’agriculture est l’activité dominante (à plus de 75%). L'activité industrielle est dominée par les industries agricoles et d'élevage (J.V.L à Nkolo, SCAM à Tshela ), les industries alimentaires (Minoterie de Matadi, Sucrerie et raffinerie de sucre à Kwilu-Ngongo), les industries du bois dans le Mayumbe et les Cataractes, les industries extractives ou cimenteries à Lukala et à Kimpese, les huileries à Tshela et à Boma, etc. Le Bas-Congo compte quelques unités de production minière et hydrocarbures notamment deux cimenteries des carrières mécanisées, des sociétés d’exploitation pétrolière. La province comprend deux (2) zones d’intérêt pétrolier, à savoir l’offshore et l’onshore. La proximité de cette province avec la ville de Kinshasa constitue un facteur de destruction de son environnement par la pression exercée pour le prélèvement des bois pour le besoins énergétique pour le prélèvement des gibiers pour l’alimentation de la ville. Les écosystèmes de la province sont en perte nette, jusqu’au niveau de la foret des mangroves.

3. Situation énergétique
La province dispose de ressources variées en termes énergétiques: hydraulique, biomasse, hydrocarbures liquides et gazeux, solaire, éolien, sables asphaltiques (uniquement dans province du Bas-Congo), schistes bitumineux, etc. qui sont insuffisamment inventoriées et quantifiées. Le potentiel hydroélectrique est estimé à 64.000 MW (560.640 GWh) par an, repartie entre les différents sites recensés, dont celui d’Inga qui représente à lui seul 69% du potentiel (soit 44.000 MW). Le potentiel hydro est localisé dans les cataractes, le bas-fleuve et la Lukaya (à proximité de la Ville de Kinshasa). A ce jour, seulement 2,9% de ce potentiel est exploité, environ 1.879,8 MW, produit par 2 centrales hydroélectriques identifiées : Inga et Zongo. Ainsi, un énorme potentiel hydroélectrique de l’ordre de 62.136 MW pouvant recevoir des installations allant du pico à de grands aménagements reste encore non exploité. Quelques 14 sites ont été identifiés (voir fiches de projet dans Atlas) pour l’installation de la petite hydro renseignés et peuvent permettre de valoriser jusqu'à 10 % du potentiel hydroélectrique de la province. Des lignes électriques partent d'Inga et de Zongo pour Kinshasa, au Katanga et en Angola. Le potentiel éolien est favorable sur la côte Atlantique (Moanda), et à Mbanza-Ngungu (à l’intérieur de la province) avec des valeurs moyennes de l’ordre de 6m/sec (nettement supérieur à la moyenne pour une exploitation économique). Le potentiel solaire est favorable sur toute l’étendue de la province avec une moyenne de 4,5 kWh/m²/jour (qui est suffisant pour n’importe quelle technologie utilisant les modules solaires). Le taux d’accès de la population du Bas-Congo à l’électricité est de 9,7 %. La consommation énergétique globale se situe autour de 1.363 ktep dominée par la biomasse (97%). La demande actuelle en énergie électrique est de 291 MW alors que la province ne reçoit qu’autour de 100 MW (soit 10%) de la production énergétique d’Inga et Zongo, entrainant un déficit en besoins électriques de l’ordre de 190 MW. Compte tenu des prévisions de croissance démographique et économique, ce déficit pourrait doubler à l’horizon 2030.

4. Dynamiques locales
On observe actuellement, plusieurs chantiers en cours de réalisation et même en programmation, à l’instigation des autorités provinciales, de la SNEL et des privés qui sont susceptibles de concourir à l’amélioration sensible du niveau actuel de desserte énergétique. Ces actions concernent notamment la fiabilisation des infrastructures existantes (production, transport et distribution) ainsi que la mise en place d’un Plan Directeur de Desserte en Eau et Electricité (PDDEE) sur l’ensemble de la province à l’horizon 2017, avec pour objectif de relever le taux de desserte à 20%.

5. Actions spécifiques à recommander
Sur la base de ce qui précède, les premières actions spécifiques (liste non exhaustive) à recommander sont :
- Soutenir l’opérationnalisation de l’initiative PDDEE qui vise l’accroissement du productible, le renforcement de la capacité de transit des lignes de transport et de la puissance installée des postes HT/MT, l’amélioration de la desserte en électricité dans les villes, cités et agglomérations électrifiées, l’extension des réseaux de distribution dans les villes, cités et agglomérations non électrifiées ;
- Encourager les initiatives privées pour la réalisation des projets d’électrification rurale, par des petites centrales hydroélectriques (pico, micro et mini) en vue de favoriser le développement des activités de petites et moyennes industries.
- Etudier la possibilité de développer quelques sites recommandés par le présent ATLAS pour le besoin de la démonstration de comment allier accès des populations et soutien au développement du secteur des PME et PMI, la création des emplois dans des zones rurales.

Cacher les Informations



Mode d'emploi :

- Pour accéder aux fiches projets cliquez sur le nom du territoire

- Pour accéder aux cartes en grands formats, cliquez sur celles-ci




Kasangulu



Kimvula



Lukula



Luozi



Madimba



Mbanza Ngungu



Seke Banza



Songololo



Tshela