République Démocratique du Congo



Cacher les InformationsPrésentation de la Province


Introduction
Cette sous-partie a pour vocation de présenter la province de Bandundu et tout particulièrement ses potentialités énergétiques. Ainsi, pour présenter la province de la façon la plus cohérente, il conviendra de présenter les différents aspects (démographiques, économiques et énergétiques) constituant le profil de la province. Dans un second temps, la carte de la province illustre le profil présenté. Enfin, les cartes et fiches projets territoriales complèteront l’analyse des sites et potentialités énergétiques de la province.

Profil de la province

1. Superficie, population, densité
La Province du Bandundu, située dans la partie Sud-ouest du pays, a une superficie de 295.658 km² équivalant à 12,6 % du territoire national avec une population estimée à 8.373.684 habitants, soit une densité de 28 habitants / km2.

2. Principales activités économiques

La province du Bandundu a une grande vocation agro-pastorale pratiquant les cultures vivrières et industrielles (dans Kwilu, Maï-Ndombe et Plateaux) ainsi que l’élevage de gros et petit bétail (dans Kwango). Par ailleurs, la forêt du District de Maï-Ndombe contient des essences de haute qualité (Wenge, Tola, Ifaki, Bokungu, Kambala, etc) dont la transformation du bois d’œuvre nécessite de l’énergie électrique et la biomasse forestière résultante constitue une ressource énergétique renouvelable. Elle dispose également de nombreux biefs poissonneux, notamment, le Lac MAI-NDOMBE, les rivières LUKENIE, FIMI, KASAÏ-KWANGO, KWILU dont la pêche semi ou industrielle requiert de l’électricité pour la conservation des poissons recherchés sur le marché. Son sous-sol renferme quelques minerais notamment le diamant de joaillerie aux alentours de KWANGO, KAHEMBA et TEMBO dont l’exploitation à grande échelle est conditionnée par l’apport de l’électricité. Bandundu reste cependant une grande province de formation avec, à son actif, plus de 25 % des écoles de la RDC implantées sur son territoire.

3. Situation énergétique

La province recourt à trois sources d’énergie mais faiblement exploitées : les combustibles ligneux (bois, charbon de bois et les déchets végétaux), les produits pétroliers et l’énergie électrique dont les potentiels se présentent de la manière suivante :
- 15 millions d’hectares des réserves forestières humides localisées surtout dans sa partie Nord et des forêts claires ou des galeries au centre et au Sud dont la biomasse offre des opportunités pour produire de l’électricité et/ou des biocarburants. Ces derniers doivent progressivement remplacer les produits pétroliers ;
- Un énorme potentiel hydroélectrique estimé à 104 MW pour les quelques sites évalués dans les Districts du Kwango, Kwilu et Maï-Ndombe, notamment la Chute Kakobola avec 9,4 MW. Il y a aussi plus de 250 sites hydrauliques identifiés mais non évalués. Les sites sont principalement localisés dans les territoires de Bulungu, Masa-Manimba, Gungu, Idiofa dans le District du Kwilu, Kasongo-Lunda, Kenge, Feshi dans le Kwango, Kutu, Oshwe dans le Maï-Ndombe.
- Le potentiel solaire a un ensoleillement variant entre 4,5 et 7 kWh/m2/jour favorable aux applications photovoltaïques sur toute l’étendue de la province.
- Quant à la consommation, le bois demeure la principale source d’énergie primaire, avec comme principale conséquence, la destruction des forêts et la dégradation de l’environnement. Cette consommation s’accompagne d’une très faible efficacité énergétique due aux équipements traditionnels de cuisson à rendements médiocres et à une abondante biomasse non valorisée pour une production moderne d’énergie.
- Les produits pétroliers constituent la deuxième source d’énergie consommée dans la Province avec comme principal fournisseur, la Société SEP-Congo.
- La majeure partie de la Province du Bandundu est dépourvue d’électricité: son taux d’électrification est de 0,6 %, avant-dernier au niveau national.
- Les réseaux de transport et de distribution de l’électricité sont moins développés à l’image du secteur ; hormis la ligne HT Maluku – BDD Ville, les autres lignes sont de fortune et relie les petits centres de production à ceux de consommation ;
- L’usage des panneaux solaires devient de plus en plus visible auprès des utilisateurs autonomes dont la modeste production ne sert qu’à la lumière et à la charge des batteries des téléphones cellulaires.
- A cause du retard accumulé dans l’accès pour tous aux services énergétiques modernes, la province accuse un écart énorme de l’ordre de 408,35 MW entre l’offre et la demande : la puissance installée des infrastructures existantes s’élève à 22,66 MW, contre une puissance de 431,01MW pour couvrir les besoins énergétiques actuels.

4. Dynamique locale

- Peu d’initiatives privées dans la province: les existantes sont confrontées au problème de financement et de renforcement des capacités.
- Existence de quelques auto-producteurs d’hydroélectricité : Diocèse d’Idiofa (Combilim, Infanzondo), Gungu (Kasanza), Diocèse de Kenge (Kimbau) et quelques particuliers qui recourent aux groupes électrogènes ainsi qu’aux installations solaires pour produire de l’électricité de fortune.
- Construction de la microcentrale hydroélectrique sur la rivière Bunda par un particulier pour électrifier la localité de Muluma dans le territoire de Masi-Manimba.
- Existence des réseaux de distribution de fortune autour des groupes éléctrogènes privés de grande capacité dont les propriétaires cèdent une partie de l’électricité aux voisins moyennant une somme de 2.000FFC (équivalent à 2$/j).
- Initiative des villages modernes : Bandundu en constitue le terrain d’expérimentation avec l’électrification réussie de Tanganzadi et Kimbau, pour ne citer que ces deux cas. A peine électrifiés, on note des mutations encourageantes dans les environnements immédiats de ces villages. Ceci pousse à étendre à grande échelle ce concept d’accès aux services énergétiques modernes en milieux ruraux (qui va bien au-delà de l’éclairage électrique).
5. Actions spécifiques à recommander


Sur la base de ce qui précède, les premières actions spécifiques (liste non exhaustive) à recommander sont :
- Poursuite et finalisation de la construction de la centrale de Kakobola (10,5MW) avec le financement du gouvernement de la RDC pour l’électrification de la ville de Kikwit, la cité de Gungu et celle d’Idiofa.
- Projet d’électrification de six villages modernes pilotes (Mukoso, Fatundu, Kipuka, Mundundu et Kiefu et Mongobele par le MRHE dans le cadre de l’initiative villages modernes.
- Assainissement, réhabilitation et extension du réseau de distribution de la ville de Kikwit.
- Promotion et vulgarisation des fours et foyers améliorés à biomasse.
- Reboisement des essences à croissance rapide (acacia,…) autour de grandes agglomérations ;
- Elaboration des termes de référence et appels à soumission pour projets de construction des microcentrales hydroélectriques.

Cacher les Informations


Mode d'emploi :

- Pour accéder aux fiches projets cliquez sur le nom du territoire

- Pour accéder aux cartes en grands formats, cliquez sur celles-ci




Bagata



Bandundu



Bolobo et Yumbi



Bulungu



Feshi



Gungu



Idiofa



Inongo



Kahemba



Kasongo-lunda



Kenge



Kiri



Kutu



MasiManimba



MushieKwamouth



Oshwe



PopoKabaka